Interforum Canada vous souhaite la bienvenue.
Enseigner avec la littérature jeunesse

3 albums, 3 cycles et 1 loup

« Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas, si le loup y était, il nous mangerait! »1. Cette comptine, nous la connaissons depuis la petite enfance. « Au loup, au loup! »2 sont les mots que Pierre hurlait dans un conte pour les plus vieux; tout comme son auteur Sergeï Prokofiev, les frères Grimm, Charles Perreault, Jean de la Fontaine et pour tant d’autres écrivains, le loup était un personnage qui symbolisait la peur. Le grand méchant loup, au fil des décennies, est passé de terrifiant à burlesque.

Aujourd’hui, le loup est l’un des personnages préférés des enseignant.e.s du primaire, car on peut le glisser au centre d’un réseau littéraire fort intéressant, et ce, peu importe le niveau de la classe.

Dans ce numéro, nous utiliserons le loup pour comprendre le mot préjugé. Nous le verrons dans un autre rôle que celui qui mange la mère-grand et nous le découvrirons sa version dans un plaidoyer sur « L’affaire des trois petits cochons ».

 

1er cycle

Selon Le Petit Robert, un préjugé est une opinion préconçue souvent imposée par le milieu. J’ai décidé d’utiliser l’album d’Audrey Bouquet, illustré par Fabien Öckto Lambert OUPS Y A ENCORE UN LOUP pour travailler avec les élèves du premier cycle le concept de préjugé. Puisque dès la première année, on amène les élèves à réfléchir ensemble sur les relations qui existent entre les êtres vivants ce deuxième titre qui met en relation Juliette et le loup est le livre parfait pour illustrer les différents points de vue. N’ayez crainte, il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier (OUPS, IL Y A UN LOUP) pour travailler avec le deuxième.

Cependant, pour vous orienter sur la relation entre les deux personnages principaux, voici un résumé de leur rencontre : C’est l’heure de se coucher pour la petite Juliette… Mais au moment de s’endormir, oups ! Un vilain loup vient troubler son sommeil. Bien décidée à se débarrasser de cet affreux cauchemar, Juliette va braver sa peur et affronter la bête. Un conte poétique et humoristique pour aborder les cauchemars avec malice. Dans le deuxième album, le loup qui est dans un enclos au zoo et a peur de toutes les petites filles qui ont des couettes comme Juliette. Il décide donc de s’évader, cependant, il ne réussit pas son évasion par peur d’affronter Juliette. Quand cette dernière lit dans le journal que l’animal est mort de peur, elle se sent coupable d’avoir crié très fort sur lui et décide de lui rendre visite.

Quelle belle mise en contexte pour discuter des relations entre amis, entre fratries! L’importance du choix des mots et du ton utilisé pour expliquer nos sentiments face à une situation. Je suis convaincue que l’interaction entre le loup et Juliette déclenchera plusieurs réflexions au sein des groupes, et nourrira les discussions éthiques sur les préjugés tels que les loups n’ont peur de rien et que les enfants sont trop petits pour s’exprimer!

 

2e cycle

Quand nous découvrons un album qui propose des livres dans un livre, notre créativité se met à bouillir et déborde d’idées pédagogiques. Si vous êtes comme moi, ce genre d’albums fait systématiquement partie de ma bibliothèque. Je vous propose donc d’ajouter dans la vôtre, GLOUTON, LE CROQUEUR DE LIVRES, d’Emma Yarlett. J’adoooore cet album dans lequel, Glouton qu’on laisse s’échapper en ouvrant le livre, déforme toutes les histoires qu’il rencontre puisque son met favori sont les contes.

Petite mise en garde pour que votre groupe soit sur le même diapason, il faudra réactiver les connaissances sur les histoires que Glouton détruit à son passage, les élèves auront ainsi beaucoup plus de plaisir à comprendre les changements que le petit monstre provoque.

Le loup dans tout ça, me direz-vous! La deuxième histoire que Glouton visite est celle du petit Chaperon-Rouge. Dès les premières lignes, on comprend que le personnage principal vole la cape et le panier rempli de surprises du petit Chaperon-Rouge. Il se rend chez mère-grand qui est prisonnière du grand méchant loup. Cependant, dans cette version, c’est Glouton qui fait peur au loup (ici on peut prendre le temps d’identifier les stéréotypes; pauvre et fragile grand-mère et grand méchant loup). Ce dernier s’enfuit et la grand-mère est libérée.

 

Je trouve que ce titre est l’album parfait pour travailler la structure d’un texte. Après avoir identifié les cinq temps d’un récit, on amène les élèves à réfléchir sur la partie du texte que Glouton saccage sur son passage. Dans chacune des trois histoires visitées, il s’attaque à la situation de départ (initiale) et à l’élément déclencheur. Quelle merveilleuse façon de vérifier si vos élèves ont compris le concept de temps du récit en leur proposant de choisir un album et d’imaginer Glouton venir détruire soit la situation de départ ou soit l’élément déclencheur du texte choisi. Une autre façon de travailler concept est de demander au groupe d’imaginer les différentes péripéties, le dénouement et la situation finale et de comparer leur fin à celle du conte original.

 

3e cycle

Les trois petits cochons sont quatre mots qui déclenchent automatiquement l’image du loup dans notre esprit. Ce conte classique nous a été raconté dès notre petite enfance. Connaissons-nous toutes les facettes de cette histoire? Avons-nous jugé le loup trop rapidement? Nous avons matière à réfléchir dans l’album LA VÉRITÉ SUR L’AFFAIRE DES TROIS PETITS COCHONS de Jon Scieszka et illustré par Lane Smith.

Cet album, écrit au JE, est la plaidoirie de L. E. LOUP reconnu coupable d’avoir mangé les deux premiers petits cochons. Rien ne nous empêche de prendre le temps de réfléchir avec les élèves sur les mots suivants : Préjugés, Étiquettes, Stéréotypes.

Cependant, j’ai envie de vous amener vers une activité qui survole le concept de syntaxe, plus précisément, les structures de la phrase. Étant donné que la première de couverture représente la UNE d’un journal soit « La gazette du loup », je propose de découvrir les grands titres des journaux locaux, régionaux et d’identifier les phrases interrogatives, exclamatives, impératives. De plus, les chapeaux (courts paragraphes explicatifs sous le titre) sont truffés de phrases modifiées. On amène les élèves à comprendre le principe d’effacement, de déplacement, de remplacement de mots et ce, avec l’intention de créer un effet accrocheur sur le lecteur de l’article. Cette activité peut se dérouler sur plusieurs semaines (étant donné que les journaux régionaux sont souvent publiés de façon hebdomadaire). En début de semaine, on fait le tour de l’actualité régionale et on identifie les mots, les structures de phrases qui ont attiré l’œil des jeunes lecteurs.

Il existe de nombreux livres dans lesquels le loup a une place importante, soit par sa personnalité, soit par les gestes posés ou soit par l’importance de son rôle. Il est et demeura un personnage mystérieux dans les récits, dans les contes et dans l’imaginaire des enfants et ce, peu importe leur âge!

Permettez-moi une dernière petite note, n’hésitez pas à utiliser l’un des trois albums présentés à votre groupe même si le cycle de votre classe ne correspond pas aux activités pédagogiques proposées. Je vous suggère des pistes d’exploitations basées sur la progression des apprentissages qui est présentée par cycle et ce, à partir d’albums que j’adoooore!

Vous pouvez visiter la page Facebook  ou sur Instagram #madameanne_cp pour d’autres suggestions.

Ajouter un commentaire