Le Dernier Thé de maître Sohô

$33.95

Auteur

Gely Cyril

Auteur

Gely Cyril

Date de sortie: 14 juin 2024
Date de sortie: 14 juin 2024
ISBN: 9782363083753 Catégorie: Product ID: 59063

Description

Le sabre prend la vie alors que le thé la donne.Juillet 1853, la flotte américaine entre dans la baie d’Edo. C’est la fin de la politique isolationniste du Japon et le début de l’ouverture sur l’extérieur. Le Japon laisse derrière lui la tradition des samouraïs. Pourtant, au même moment, Ibuki, fille d’un producteur de Saké, n’a qu’un rêve : devenir samouraï. Elle renoncera pour cela à sa condition féminine, en se travestissant, bandant sa poitrine et adoptant les vêtements sombres réservés aux hommes. Fuyant sa destinée d’héritière, elle entreprend une longue marche à travers le Japon pour rencontrer celui qu’elle considère comme un maître, Akira Sohô, fils de samouraï et véritable légende. Leur rencontre sera bien plus qu’un affrontement entre maître et disciple. L’un, possédant la sagesse, s’est tourné vers la voie du thé, délaissant la violence du sabre, et l’autre, dans l’ignorance de la jeunesse, fidèle à une tradition vouée à la disparition. Tout les oppose mais les extrêmes, dit-on, finissent toujours par se rejoindre. Le dernier thé de maître Sohô est un voyage poétique qui réunira deux visages du Japon du XIXème siècle. La voie du sabre et la voie du thé. Mais c’est aussi et surtout, un voyage dans ce Japon poétique, où les vols d’hirondelles, les chants célestes des cueilleuses de thé, le murmure des théières, l’éclat argenté des sabres dans l’air, nous emmènent dans un monde poétique. Cyril Gely nous donne avec Le dernier thé de Maître Sohô un récit ou plutôt un conte poétique qui nous emporte à la fois dans le Japon de la tradition mais aussi dans la magie d’une rencontre improbable où deux destins trouveront leur accomplissement. 

Éditeur

Arléa

Information complémentaire

Auteur

Gely Cyril

Auteur

Gely Cyril

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le Dernier Thé de maître Sohô”