Interforum Canada vous souhaite la bienvenue.

"La mort de Mrs. Westaway", Ruth Ware

Lorsque Harriet Westaway reçoit un courrier lui annonçant un héritage conséquent provenant de sa grand-mère, cela semble être la réponse inespérée à tous ses problèmes. En effet, Harriet doit de l’argent, beaucoup d’argent, emprunté à un usurier sans scrupules, et cela risque fort de mettre sa vie en danger. Seul souci : ses grands-parents sont décédés vingt ans auparavant, et elle ne les a même jamais connus. La lettre a donc été adressée à la mauvaise personne. Mais Harriet qui gagne sa vie en tirant les cartes pour prédire l’avenir n’est plus à une affabulation près. Et ce coup du sort pourrait enfin tout résoudre sauf si le hasard en décide autrement…

Après Promenez-vous dans les bois et La Disparue de la Cabine 10Ruth Ware compte parmi les nouvelles reines du suspense psychologique féminin. Traduite dans plus de quarante langues avec des ventes dépassant désormais les 4 millions d’exemplaires, elle revient aujourd’hui avec un nouveau roman qui prouve une fois de plus son talent.

"L'enfant de Garland Road", Pierre Simenon

Kevin O’Hagan a 63 ans. Écrivain raté et veuf torturé par les affres toxiques d’un mariage déchu et d’un amour devenu haine que même la mort n’a pas réussi à éteindre, il vit retiré du monde, sans espoir ni recours, dans les collines boisées du Vermont. Alors qu’il tente sans succès d’en finir avec l’existence, il devient malgré lui le tuteur de David, son neveu de 10 ans, qui vient de perdre ses parents dans des circonstances aussi brutales que mystérieuses.

Au fil des jours se tissent des liens d’affection et de complicité entre le vieil homme et l’enfant, leur permettant à tous deux de lentement reprendre goût à la vie. Mais juste au moment où Kevin se met à espérer d’avoir enfin trouvé l’antidote au poison qui ronge son âme, la tragédie frappe à nouveau sans crier gare : un après-midi, David disparaît de son école, enlevé par un dangereux pervers. Pour le sauver de supplices innommables, Kevin se lance alors dans une traque effrénée qui exigera de lui toutes ses ressources et tout son courage. Sachant bien que, cette fois, il n’a pas droit à l’échec, et que tout se jouera sans merci ni pardon.

Fils de Georges Simenon, Pierre Simenon, né en 1959 à Lausanne, a travaillé comme analyste financier et gérant de portefeuille dans une banque privée genevoise avant de partir pour les États-Unis en 1987, où il devint avocat de cinéma à Los Angeles. Instructeur de plongée, passionné de requins et féru d’histoire, Pierre Simenon réside actuellement en Nouvelle Angleterre avec sa femme et ses deux enfants. Suite à son premier roman, Au nom du sang versé, initialement écrit en anglais et traduit en une demi-douzaine de langues, il a écrit un récit autobiographique intitulé De père à père, publié en octobre 2015.
C’est son troisième livre et deuxième roman.

Lancement Robert Junior

Dictionnaire Le Robert Junior illustré par Alex A., dessinateur de l’Agent Jean
Le dictionnaire de référence de l’école primaire, recommandé par les enseignants

Maîtriser la langue et enrichir son vocabulaire
23 300 mots et 40 000 définitions

¤ des exemples clairs et vivants
¤ les synonymes et les contraires
¤ les familles de mots
¤ 2000 remarques
¤ la nouvelle orthographe

UN DOSSIER LANGUE FRANÇAISE
conjugaisons, orthographe, petit dictionnaire d’étymologie

• Découvrir le monde
¤ le dictionnaire des pays du monde et des provinces et territoires du Canada
¤ un atlas mondial
¤ les drapeaux
¤ un dossier Histoire des arts

• Voir et apprendre
¤ 2 500 dessins et photos en couleurs

"La Partition", Diane Brasseur

Un matin d’hiver 1977, Bruno K, professeur de littérature admiré par ses étudiants, se promène dans les rues de Genève. Alors qu’il devise silencieusement sur les jambes d’une jolie brune qui le précède, il s’écroule, mort.

Quand ses deux frères Georgely et Alexakis apprennent la nouvelle, un espoir fou s’évanouit. Le soir même, ils auraient dû se retrouver au Victoria Hall à l’occasion d’un récital de violon d’Alexakis. Pour la première fois, la musique allait les réunir.

La Partition nous plonge dans l’histoire de cette fratrie éclatée en suivant les traces de leur mère, Koula, une grecque au tempérament de feu. Elle découvre l’amour à 16 ans, quitte son pays natal pour la Suisse dans les années 1920 et refera sa vie avec un homme de 30 ans son aîné. Une femme intense, solaire, possessive, déchirée entre ses pays, ses fils et ses rêves. Une épouse et une mère pour qui l’amour est synonyme d’excès.

Diane Brasseur est romancière et scripte pour le cinéma. Elle est l’auteure de Les Fidélités et Je ne veux pas d’une passion, publiés chez Allary Éditions et traduits dans huit pays. 

"Mémoires Vives", Edward Snowden

Rien ne sera jamais effacé.

En 2013, un jeune homme de 29 ans surprend le monde entier en quittant la communauté du renseignement et en révélant que le gouvernement des États-Unis poursuit le projet secret de collecter toutes nos conversations téléphoniques, nos textos et nos emails. Ils veulent établir un système de surveillance de masse sans précédent, capable de s’infiltrer dans la vie privée de chaque personne sur la planète.

Il révèle pour la première fois dans ce livre son histoire, comment il a participé à la mise en place de ce système et la crise de conscience qui l’a conduit à le révéler au public.

« Edward J Snowden a décidé à l’âge de 29 ans de sacrifier son avenir personnel pour le bien de son pays, déclare John Sargent, président de Macmillan USA. Il a témoigné ainsi d’un courage immense, et, qu’on le veuille ou non c’est une fabuleuse histoire américaine. Il n’y a aucun doute que le monde est plus sûr et respectueux grâce à ce qu’il a fait. C’est une immense fierté pour Macmillan de publier Permanent record. »

Mémoires vives est l’histoire extraordinaire d’un garçon brillant qui a grandi « en ligne » – d’un homme devenu un espion, un lanceur d’alerte, et, en exil, la conscience de l’Internet. Porté par une passion sans faille pour la vérité et une inébranlable sincérité, Mémoires vives est un témoignage exceptionnel, appelé à devenir un classique de notre temps.

 

"Les Yeux rouges", Myriam Leroy

Il s’appelait Denis. Il était enchanté.

Nous ne nous connaissions pas. Enfin, de toute évidence, je ne le connaissais pas, mais lui savait fort bien qui j’étais.

Une jeune femme reçoit un message sur Facebook. C’est l’amorce d’un piège suffocant à l’heure du numérique, quand la fatalité n’a d’autre nom qu’un insidieux et inexorable harcèlement.

Dans ce roman âpre, où la narratrice ne se dessine qu’au travers d’agressions accumulées, de messages insistants, où l’atmosphère étouffante s’accentue à mesure que la dépossession se transforme en accusation, Myriam Leroy traduit avec justesse et brio l’ère paradoxale du tout écrit, de la violence sourde des commentaires et des partages, de l’humiliation et de l’isolement, du sexisme et du racisme dressés en meute sur le réseau.

Née en 1982, Myriam Leroy est journaliste, écrivain et dramaturge. Ariane, son premier roman, a été finaliste du prix Goncourt du premier roman et du prix Rossel. Elle vit à Bruxelles. Les Yeux rouges est son deuxième roman.